AccueilAccueil  Calendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Ven 22 Jan - 23:07
Pour sa première journée en tant que lycéenne à Sweet Amoris, Evangeleenn avait décrété que sa seule et unique robe noire était au goût du jour. Non pas que le regard des autres l'importait, mais comme n'importe quelle personne sur cette pauvre planète, elle appréciait de se sentir jolie et estimait qu'une rentrée aussi importante était une bonne occasion de se pomponner plus que de nature.
Sans se préoccuper de l'heure qui tournait ou des cris de sa mère qui la priait de se dépêcher, la jeune fille s'occupa de nouer ses cheveux en une longue tresse, tombant dans le creux de ses reins, après avoir passé son vêtement de fête. Comme à son habitude, elle ne prit pas la peine d'utiliser la trousse de maquillage offerte par sa mère lors de ses 13 ans, et partit rejoindre celle-ci dans la voiture, dont le moteur tournait déjà.
Le trajet jusqu'au lycée se fit dans un silence religieux. Mme Peters, ou de son prénom Kaitlin, avait fini par assimiler que sa fille n'était pas très loquace et elle n'insistait plus pour démarrer une conversation. Sans piper mot, la jeune demoiselle entra dans la bâtisse, non s'en avoir saluer sa mère d'un vague signe de la tête.
Elle n'eut pas besoin de demander de l'aide pour trouver le secrétariat, et ne l'aurait pas fait même en étant perdue. La sonnerie avait, de toute façon, sonné depuis une bonne dizaine de minutes, et les couloirs étaient pratiquement vidés d'âme.
Après avoir récupéré son emploi du temps, Evangeleenn remarqua, non sans un certain agacement, qu'elle entamait la journée par deux heures de sport. Résignée à bien commencer l'année, elle décida de ne pas s'y rendre, et tourna les talons, ce même regard impassible toujours figé sur son visage.
Elle entreprit de visiter l'établissement, ou en d'autres termes, de déambuler dans les couloirs déserts à la recherche d'une pièce tranquille, et finit par tomber sur un escalier qui semblait descendre vers un sous-sol. Après y avoir jeté un rapide coup d’œil, et estimant que personne ne se trouvait à l'intérieur, elle pénétra dans la salle, oubliant de refermer la porte derrière elle dans sa curiosité maladive.
Un bref regard lui permit d'estimer la taille ainsi que les probables fréquentations de la pièce : un mégot par là stipulait qu'elle était probablement utilisée pour fumer en cachette, à quelques pas du cadavre de cigarette, un paquet de chips lui laissait penser qu'il était de nature que des élèves y viennent pour manger et papoter. Mais pour le moment, le sous-sol était vide, et son silence avait quelque chose d’accueillant aux yeux de la jeune fille aux cheveux blancs.
C'est donc sans une hésitation qu'elle partit s'asseoir dans l'ombre d'un coin, à même le sol, qui malgré sa fraîcheur ne lui arracha pas un seul frisson. Avec des gestes patients et gracieux, elle sortit de son sac un roman de Stephen King, qu'elle avait commencé il y a quelques temps sans jamais avoir pris le temps de le finir. Il ne lui fallut que quelques minutes pour se plonger entièrement dans sa lecture, et c'est inconsciemment qu'elle se mit à fredonner Torn de Nathalie Imbruglia, une chanson qui faisait énormément de sens pour elle, sans pour autant faire partie de ses classiques musicaux.
Et c'est toujours sans s'en rendre compte que sa voix prit de l'ampleur, jusqu'à ce que résonne l'écho des paroles dans la salle confinée.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Sam 23 Jan - 0:55
Aujourd'hui s'annonçait comme une journée ordinaire, ou du moins, ce que l'on pouvait appeler une journée ordinaire lorsqu'on portait mon nom. Une journée pas tellement intéressante dans le fond, en raison des cours particulièrement déplaisants en ce jour mais une journée à égayer et certainement pleine d'opportunités qu'il fallait creuser. Du moins c'était toujours ainsi que j'aimais percevoir la chose, dans la plus grande positivité, même si chaque soir tombait de la même manière, sans réussite fulgurante. Cette positivité ne m'avait jamais quitté, elle était ma marque de fabrique et jamais au grand jamais je ne l'avais un jour remise en question. J'aimais avancer avec l'espoir naïf qu'aujourd'hui était peut-être le bon moment pour changer le monde, ne serait-ce que changer le monde d'une personne si seulement j'en avais la capacité. Je ne pouvais m'empêcher de ressentir ce besoin d'apporter ma contribution, quelle qu'elle soit.

J'étais l'une de ces personnes trop gentilles aux yeux de certains et détestablement hypocrites au regard des autres. Je n'avais connu que ces deux extrémités et j'étais incapable, encore aujourd'hui, et déterminer qui était dans le vrai. Mes proches, eux, n'ont jamais rien dit de tel mais s'ils venaient à se ranger dans l'une de ces catégories, je ne leur en voudrais pas. Ou peut-être en existait-il une troisième ? Dans tous les cas j'aimais ce sentiment après un travail accompli, même des plus moindres, j'aimais me lever avec cette envie de me dépasser toujours plus, j'aimais voir un sourire éclairer un visage, même inconnu. Tout simplement.

Comme je le disais, aujourd'hui n'était pas une journée particulièrement attendue. Pour beaucoup ce n'était que le jour où nous avions la chance de commencer plus tard mais aussi le jour où nous devions survivre à trois heures de mathématiques consécutives. Un mal pour un bien ? Et encore une fois, lorsqu'on s'appelait Alexy, l'unique point positif de la journée était vain. Parce que Alexy aimait être présent dés la première heure, pour ne rien rater. Le plus souvent il n'y avait rien à rater. Mais je ne voulais pas prendre le risque de manquer un ragot mémorable, vous imaginez ? J'aurais l'air bien, moi. Armin lui, était mon strict opposé, comme toujours il préférait profiter de son sommeil jusqu'à la dernière minute, tellement imperturbable que même ma démarche pachydermique dans l'escalier ne l'avait fait broncher.

Donc je me retrouvais au lycée dés la première heure, au beau milieu du couloir, à observer les élèves se ruer dans leurs salles respectives avec un brin de moquerie. Même si entre nous, je n'avais pas tellement de quoi frimer, je n'avais même pas profité de ce laps de temps pour rattraper mon sommeil en retard et j'allais certainement passer deux heures bien ennuyeuses. Ou peut-être une seule si j'avais la chance de croiser un élève studieux de ma classe, venu en avance pour potasser. Le problème, c'est que pour quelqu'un qui se nomme Alexy, la solitude n'était pas envisageable. Il fallait que je me trouve quelqu'un à embêter au plus vite ou dans le pire des cas une activité divertissante ou ça allait se terminer en virée shopping. Et si c'était le cas, j'allais assurément arriver en retard pour notre fameux cours de math, voir ne pas m'y rendre du tout. Cruel dilemme.

J'avais commencé à arpenter les couloirs avec nonchalance, dans l'espoir de me trouver un camarade de jeu, tout en rythmant ma marche avec de la -certainement- mauvaise beatbox. Je m'approchais du sous-sol, sans doute squatté par quelques fumeurs que j'allais pouvoir effrayer mais me figeais soudain à l'entente d'une voix féminine et particulièrement mélodieuse. J'avais cessé tout mouvement pendant quelques instants, le temps de me concentrer sur cette chanson qui me semblait familière, au contraire de la voix qui en énonçait les paroles. J'ignorais que cette établissement était pourvu de jeunes talents et ça attisait largement ma curiosité maladive ainsi que mon envie de divertissement.

Ainsi, après quelques instants passés à l'écouter, je décidais de descendre pour pouvoir mettre un visage sur cette voix timide mais mélodieuse. La propriétaire de cette voix avait en plus de bons goûts musicaux, c'était une occasion à ne pas manquer. J'avais donc descendu l'escalier dans le plus complet des silences avant d'enfin apercevoir la jeune fille. Elle était petite, ses cheveux d'un blanc immaculé venant casser la pénombre du lieu tout comme son aspect morbide. En plus de son physique atypique, sa position peu adéquate au chant me surprenait. Assise, visiblement plongée dans sa lecture et pourtant en train d'exercer une véritable performance musicale.

Une fois la surprise passée, j'esquissais un léger sourire, le regard toujours posé sur la demoiselle qui ne m'avait pas encore remarqué.

You're a little late, I'm already torn~

J'avais murmuré cette fin de refrain en même temps que la demoiselle, lui signalant ma présence par la même occasion. Devant son expression, je me permis un léger rire tout en m'avançant tranquillement vers elle.

Tu as une très jolie voix. C'est la première fois que nous nous rencontrons, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Sam 23 Jan - 1:36
La jeune fille laissa sa voix sortir comme il lui plaisait, ne cherchant pas le moins du monde à se cacher, se croyant seule, et ne réalisant toujours qu'à moitié ce qu'elle était en train de faire. Cela faisait plusieurs mois qu'elle n'avait pas laissé libre-cours à son esprit, et elle se devait d'admettre que c'était tout de même bénéfique.
Enfermée dans sa bulle de sons et de mots, elle ne remarqua pas la silhouette qui vint se poster près de l'entrée de la salle afin de l'observer avec curiosité et l'écouter chanter. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'une seconde voix l'accompagna durant les dernières paroles de la chanson.
Stupéfaite, elle se tourna vers le jeune homme qui l'épiait depuis un petit moment dans l'ombre, et se permit de le contempler durant quelques instants à la dérobée. Non pas qu'elle le trouvât  particulièrement attirant ; ses vêtements étaient bien trop flashy, quoique son regard rosé et ses cheveux bleus en bataille ajoutaient grandement à son charme ; mais elle ne s'attendait pas le moins du monde à avoir de la visite, surtout à un moment comme celui-ci. Et, honnêtement, elle aurait préféré rester seule.
Face à son étonnement, le lycéen, ou supposé lycéen, eut un petit rire. La jeune fille se rembrunit aussitôt, retrouvant son célèbre masque d'impassibilité d'autant plus lorsqu'il lui demanda s'il s'était déjà rencontré après l'avoir complimentée. Evangeleenn le fixa quelques secondes, le regard vide et sans dire un mot, avant de choisir de l'ignorer et de retourner à la lecture de son roman.
Elle ne releva pas les yeux vers son interlocuteur, probablement vexé ou en colère, mais, pressentant ce qui allait suivre, elle dit simplement de sa voix fluette :

- Evangeleenn.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Sam 23 Jan - 3:00
La demoiselle semblait d'abord surprise puis aborda un air bien plus renfermé, notamment après m'avoir entendu rire. Je ne voulais pas qu'elle se méprenne en pensant que mon tic joyeux était en réalité une moquerie mais trop tard, elle semblait déjà s'être complètement renfermée sur elle-même, me toisant d'un regard plus vide que le vide lui-même. J'ignorais s'il s'agissait de son attitude habituelle ou si je l'avais réellement vexée mais dans tous les cas, ce n'était pas voulu.

Elle avait l'air tellement paisible et passionnée lorsqu'elle s'adonnait à cette mélodie.. Je réalisais bien que j'avais rompu un moment sûrement intime et personnel mais ça avait été plus fort que moi et maintenant encore, je n'avais aucune envie de la laisser seule dans ce sous-sol lubrique. Malgré les années et mes nombreuses fréquentations, je ne me faisais toujours pas à l'idée que quelqu'un puisse préférer la solitude aux moments partagés.

En tout cas elle ne semblait plus déterminée à chanter ou même à laisser le moindre son s'échapper de ses lèvres, se replongeant au contraire dans sa lecture en m'ignorant tout bonnement. Elle avait dû deviner que je n'allais pas lâcher le morceau et remonter gentiment puisqu'elle répondit à une question muette, me révélant son prénom. Du moins il m'avait tout de même fallu quelques instants pour réaliser que c'était un prénom et élargir mon sourire, prenant cela comme une invitation à sociabiliser.

Evangeleenn. répétais-je avec un doux regard Tu ne comptes plus chanter ?

Je mentirais en disant que ce petit échantillon ne m'avait pas laissé sur ma faim. J'avais aimé sa voix, et d'autant plus parce qu'elle interprétait une chanson que j'affectionnais. Mais je sentais qu'il allait être difficile d'inciter la jeune fille à s'extérioriser à nouveau, j'avais été bien trop direct dés le début.

Je ne me moquais pas, tu sais. J'ai réellement aimé ta voix.

Je finis par m'approcher un peu plus mais conservais tout de même une distance raisonnable entre nous. J'avais l'impression d'avoir à faire à un chat sauvage et particulièrement farouche, montrant les griffes aux inconnus et s'extériorisant uniquement loin des regards. Heureusement que ce n'était pas des mots que j'avais dit à haute voix, j'aurais sûrement eu l'air d'un pervers en plus d'un stalkeur.

Je m'intéressais un instant à l'ouvrage qu'elle tenait entre les mains dont seul le nom de l'auteur m'était familier puis reportais mon regard sur la jeune fille. Elle semblait vraiment petite et avait peu de formes, même pour une première année et j'eus alors une illumination que je ponctuais en tapant mon poing dans la paume de mon autre main. Une collégienne fugueuse qui se cache au sous-sol pour échapper aux surveillants !

Tu es au collège ?

Elle devait en avoir marre de m'entendre débiter autant de choses en aussi peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Sam 23 Jan - 18:18
La jeune fille resta plongée dans sa lecture, et ne prit pas la peine de répondre au bleuté lorsque celui-ci lui demanda si elle allait chanter de nouveau. Elle l'ignora également quand il lui assura que son rire n'avait rien d'une moquerie ; elle n'en avait cure, et ce n'était pas ce qui l'avait renfermée sur elle-même. Il aurait pu pleurer, s'énerver ou s'esclaffer, la réaction d'Evangeleenn aurait été la même : montrer ses sentiments était une perte de temps infinie, et elle en venait parfois à se demander si elle en avait réellement tant elle avait l'habitude de ne rien extérioriser.
Perdue dans l'univers étrange de son romancier favori, la demoiselle n'aperçut que du coin de l’œil le lycéen s'approcher un peu plus d'elle afin de l'observer sans la moindre gêne ni discrétion. La jeune fille eut un sursaut intérieur quand elle entendit les mains du garçon claquer entre elles, et elle releva une seconde son regard pour voir le jeune homme arborer une expression digne de celle qu'aurait eu le plus chrétien des chrétiens en découvrant le Saint Graal.
Elle ne tiqua pas à sa question, quoique peu valorisante, mais détourna finalement le regard de son livre pour se relever avec des mouvements élégants. Elle rangea celui-ci dans son sac resté au sol et épousseta gracieusement les volants de sa robe.
Sans se presser, elle rabattit sa tresse sur son épaule gauche afin de glisser son sac sur la droite. Et, une fois cela fait, elle contempla le bleuté de ses yeux écarlates, vides d'émotion.
Elle avait conscience de ne pas être intimidante, culminant à un petit mètre cinquante à peine et plutôt menue, mais là n'était pas le but. Elle esquissa un léger mouvement vers la droite et rejoint la porte d'une démarche nonchalante, quoique toujours gracieuse dans ses pas.
Arrivée à mi-chemin, elle pila net, et répondit au jeune homme sans se retourner :

- Non.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Dim 24 Jan - 23:11
Je n'eus aucune réponse à mes multiples interrogations, ni même un regard ou un signe de la tête qui aurait pu me mener sur la bonne piste. La jeune femme restait complètement fermée à moi et je commençais à être à court d'idées. À court d'idées mais certainement pas à court de motivation, il en fallait plus pour me décourager. Parler à un semblant de mur commençait à me peser mais ce fut pire lorsque je la vis se lever pour commencer à ranger ses biens, devinant aisément qu'elle s'apprêtait à lever le camp.

Je m'en voulais quelque peu de l'avoir dérangé et d'avoir parasité son lieu de prédilection au point qu'elle se résout à partir à ma place. Mon cerveau tournait à vive allure, en quête d'une idée qui rattraperait le coup mais son regard vermeil me transperça soudain, coupant court à toutes mes pensées. Ce n'était pas la couleur particulière de ses pupilles qui me figea -je n'étais certainement pas le mieux placé pour émettre un quelconque jugement- mais bien leur absence d'éclat.

Je n'étais pas habitué à faire face à un tel regard, mon sourire s'était inconsciemment effacé durant ces quelques secondes d'observation qui me semblèrent bien longues. Mon cœur s'était serré, comme dans un déclic incompréhensif.

Puis je revins brusquement sur terre alors qu'elle venait de me contourner pour sortir, une réponse négative franchissant ses lèvres. Je ne réfléchis pas au sens de son "non", mon cerveau semblant s'être vidé pendant ce laps de temps et ne me permettant pas de me remémorer mes dernières questions dans l'immédiat mais ma main se tendit rapidement et par automatisme vers la jeune fille, saisissant sa manche.

Evangeleenn. répétais-je d'un ton différent Tu es nouvelle, n'est-ce pas ? Tu ne voudrais pas rester un peu ou au moins me laisser te faire une petite visite du lycée ?

Des questions, toujours des questions mais cette fois-ci avec un brin d'insistance, une légère rhétorique. J'ai bien mentionné ne pas concevoir que quelqu'un puisse se plaire à la solitude mais cette fille.. Je ne voulais décemment pas la laisser seule. Pas avec un tel regard. J'ignorais ce qu'il n'allait pas chez moi mais je sentais que je devais rester avec elle et je le voulais.

Elle ne montrait aucune détresse apparente mais c'était l'un de ces pressentiments dont j'avais le secret et que je me devais de suivre jusqu'au bout, quitte à réaliser plus tard que je m'étais complètement planté. J'aimais écouter mon instinct et je sentais que je devais tendre ma main à cette demoiselle, voir lui prendre la sienne de force.

Je m'appelle Alexy. Je suis en première année ici.

Après ce court moment d'absence, mes lèvres s'étiraient finalement en un franc sourire. J'avais oublié de me présenter et c'était pour moi primordial, surtout si je voulais espérer un jour obtenir sa confiance. J'espérais seulement qu'elle n'allait pas me prendre pour un malade, à la retenir comme ça et lui poser toutes ces questions. J'étais un cas à part, sans aucun doute, certainement trop naturel et impulsif mais l'hypocrisie m'était inconcevable.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Lun 25 Jan - 0:09
La jeune fille s'apprêtait à reprendre son chemin lorsqu'une main s'agrippa à la manche de sa robe, l'empêchant de faire un pas de plus. Loin de se crisper, Evangeleenn resta parfaitement impassible, fidèle à son image, et ne fit même pas mine de se dégager de l'emprise du bleuté.
Son ton changea lorsqu'il lui proposa de lui faire visiter le lycée. Il y avait quelque chose dans sa voix, un trémolo à peine perceptible, qui rendit la demoiselle intérieurement perplexe. Qu'avait donc pu le toucher ainsi ? Car, elle en était certaine, c'était un jeune homme ému qui la retenait dans la pièce. Si elle n'était pas douée pour extérioriser ses émotions, elle était devenue maîtresse dans l'art de deviner celles des autre.
S'interrogeant quant au changement d'attitude du bleuté, elle en oublia sa première question, et alors qu'elle allait répondre par la négative, celui-ci la coupa en lui dévoilant son prénom ainsi que sa classe. Son nom était donc Alexy.
Evangeleenn perçut alors une certaine insistance dans les paroles et dans les gestes du garçon. Sa main pressait toujours son poignet, et l'air semblait lourd. Le silence, que la demoiselle affectionnait la plupart du temps, lui semblait pourtant pesant à cet instant précis.
Alexy attendait toujours une réponse à sa question précédente, et en se tournant de moitié, la lycéenne pu apercevoir le sourire que le jeune homme continuait d'afficher avec détermination.
Le corps d'Evangeleenn fut alors parcouru d'un long frisson, probablement imperceptible aux yeux du bleuté, mais, elle, ne pouvait l'ignorer. Il était rare que ses sentiments débordent, et c'était pourtant exactement ce qu'il venait de se passer.
En voyant le bleuté sourire ainsi, lui sourire ainsi, avec toute la joie de vivre et la légèreté du monde, elle n'avait pu s'empêcher de faire le lien avec son jumeau décédé des années plus tôt.
Il avait toujours été son opposé : rigolant à tout bout de champ, sociable comme personne ne pouvait l'être et simplement heureux de vivre. C'était lui qui la poussait toujours à s'ouvrir au monde, lui qui, malgré le cliché, faisait de son existence quelque chose de meilleur. Elle avait toujours su qu'il l'aimait, et l'avait toujours aimé en retour.
En voyant ce même sourire qu'arborait Dylan des années plus tôt sur le visage d'Alexy, Evangeleenn n'avait tout simplement pas été capable de retenir ce surplus d'émotions et de souvenirs. Jamais de la vie elle n'aurait cru possible de revoir un tel spectacle.
Un ange passa avant que la jeune fille ne se tourne brusquement vers le lycéen, cherchant ses mots pour que ceux-ci s'étranglent finalement dans sa gorge avant qu'elle n'ait pu prononcer un seul son.
Et à cet instant, la demoiselle su que ses yeux reflétèrent autre chose qu'un vide sans fond. Cela ne dura probablement qu'une seconde, mais ça ne lui était pas arrivé depuis des années, quand elle avait reçu son télescope.
D'un battement de cils, elle chassa son début de sentiment envahissant et s'assit en tailleur sur le sol, entraînant avec elle Alexy. Son regard redevenu morne, il n'y avait aucune raison que sa voix ne fasse pas de même quand elle déclara :

- Soit. Je reste.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Lun 25 Jan - 1:37
Elle ne tenta pas de se libérer de mon emprise un seul instant, aussi manœuvrable qu'une poupée de chiffon aurait pu l'être mais ne se tourna pas pour autant vers moi, dans un premier temps. Dieu seul savait ce qu'il lui passait par la tête à cet instant précis mais ce silence me paru pesant tout comme les secondes qui s'écoulaient semblaient s'éterniser après mes mots. Elle finit par se tourner quelque peu, dévoilant son visage impassible qui sembla pourtant différent l'espace d'un instant. Un unique instant.

Je ne la connaissais pas suffisamment pour déterminer si ce renversement était choquant ou non de sa part mais voir cette étincelle traverser son regard avant de s'éteindre tout aussitôt m'avait laissé pantois. Mes yeux avaient dû s'écarquiller légèrement mais je ne perdais pas mon sourire bien qu'il semblait être la source inexpliquée de ce changement d'attitude chez la demoiselle.

De nouvelles secondes filèrent dans lesquelles j'attendais une finalité, que ce soit une claque bien placée ou un mouvement de poignet pour se libérer de mon emprise mais rien ne vint. Elle avait semblé vouloir s'exprimer mais se ravisa avant de se laisser retomber au sol, contre toute attente, m'entraînant avec elle puisque j'avais oublié de la lâcher. Quelle ne fut pas ma joie en entendant ses mots, synonyme d'une douce victoire en ma faveur.

Nous nous retrouvions donc assis au sol, face à face, au beau milieu de ce sous-sol morbide. Dit comme ça, ça ne payait pas de mine mais j'étais simplement ravi. Pas parce que j'avais su avoir le dernier mot mais plutôt parce que j'avais une nouvelle chance de découvrir la personne en face de moi, voir même de lui plaire.

Seulement, maintenant que j'avais su susciter son attention et l'empêcher de quitter les lieux, il fallait que je trouve autre chose à faire que de la contempler avec un sourire stupide. Sauf que je n'avais pas vraiment réfléchi à cette hypothèse, sur le moment j'avais eu cette folle envie de l'avoir à mes côtés mais à présent.. Devrais-je continuer mes questions au risque de l'ennuyer profondément ? J'essayais de ne pas me laisser intimider par cette demoiselle d'apparence inaccessible mais je craignais aussi de la faire fuir, une seconde fois.

Je suis sûr qu'on devait former une drôle de scène, dans un tel lieu, un garçon bariolé et une jeune fille monochrome en train de se regarder dans le blanc des yeux, on devrait monter un sketch. Un second ange passa avant que je me décide enfin à piper mot.

Tu es donc arrivée ce matin ? C'est sympa que tu commences plus tard aujourd'hui.

Je me surprenais à penser que je n'aurais peut-être plus à me lever pour rien ce jour-là, déjà que je ne regrettais en rien de l'avoir fait aujourd'hui. Je m'emballais sans doute trop vite mais je continuais de me dire que notre rencontre n'avait rien d'anodin, une sorte de coup de foudre amical si on pouvait dire ça ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Mar 26 Jan - 17:46
La jeune fille attendit patiemment que le bleuté daigne prendre la parole. Celui-ci rayonnait à présent, l'air satisfait et heureux d'avoir attiré l'attention d'Evangeleenn. Cependant, en observant le silence s'éterniser encore et encore, la demoiselle commença à regretter son geste. Elle avait agit sur un coup de tête et rêvait à présent de faire avaler son sourire suffisant, quoique chaleureux et engageant, à Alexy.
En vérité, si la lycéenne pensait de façon si agressive, c'était parce qu'elle était plus que désemparée par la tournure que prenait la situation. Elle ne se rappelait pas à quand remontait son dernier dialogue, avec une personne pratiquement inconnue qui plus est, et rester silencieusement à observer le jeune homme la rendait énormément nerveuse, bien qu'elle ne l'aurait avoué pour rien au monde.
Alexy sembla un instant perdu, l'air de chercher quelque chose à dire ou faire. Puis, au moment même où la jeune fille s'apprêtait à se lever pour partir définitivement, le bleuté lui posa une nouvelle question.
Evangeleenn le contempla quelques secondes, puis hocha négativement la tête d'un mouvement à peine perceptible avant de la pencher sur la droite. Elle se doutait bien que ce simple geste n'aiderait pas le pauvre garçon à comprendre, mais elle s'en fichait un peu à vrai dire.
Ses yeux sans éclat fixèrent le regard doux et amical du lycéen sans ciller et, caressant sa tresse du bout des doigts, elle prit son courage à deux mains avant de lui demander de sa petite voix :

- Pourquoi t'intéresses-tu à moi ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Mer 27 Jan - 1:39
Je ne compris pas tellement son singulier mouvement de la tête mais finis par en déduire que c'était une réponse positive. J'espérais vite savoir analyser les gestes de la jeune fille car elle ne semblait pas tellement expressive et encore moins bavarde. Elle ne me facilitait pas du tout la tâche mais ça ajoutait du défi pas déplaisant à la situation. Il est bien connu que les fruits les plus difficiles à saisir sont toujours les meilleurs. Enfin je m'égare.

Suivant du regard les mouvements fluides de sa main sur sa chevelure, j'écarquillais légèrement les yeux en entendant sa voix fluette retentir de manière soudaine pour m'interroger à son tour. J'étais agréablement surpris car il s'agissait de son plus long temps de parole jusqu'à là si on oubliait la séquence chant qui ne m'était pas dédiée et parce qu'elle avait prit l'initiative de me questionner. J'aurais pu la prendre dans mes bras avec émotion si sa question n'avait pas été aussi délicate à mes yeux.

Était-ce un reproche ? Y avait-il une réponse attendue ? Le fait qu'elle s'intéresse à mon point de vue subitement eut pour effet de me perturber à nouveau. Étais-je trop insistant ? Trop suspect ? Le problème étant que je l'ignorais moi-même. J'ignorais pourquoi je m'intéressais à elle, pour reprendre ses mots. J'allais lui sembler très singulier si j'évoquais un pressentiment ou une envie pressante de ne pas la laisser livrée à elle-même. Venant d'un inconnu, ces propos pouvaient sembler louches.

J'étais d'un naturel franc mais pas suicidaire. Il y avait des choses à ne pas dire lorsqu'on était un mâle un peu trop entreprenant avec une demoiselle fraîchement rencontrée. Certes, les femmes ne m'intéressaient pas mais elle ne pouvait pas le deviner. Je voulais m'en rapprocher, non pas la faire fuir ou la lasser d'entrée de jeu. Mais son allure m'avait plu, sa voix m'avait séduit, sa personnalité touché, et ses yeux.. Ils m'avaient complètement retourné.

Parce que je te trouve charmante. Enfin euh, pas dans un sens tordu, juste.. Tu m'as l'air d'une bonne personne, vraiment.

Certains pourraient le prendre mal, je le savais. Notamment ceux qui se donnaient un air sévère et impénétrable mais elle ne semblait pas faire parti de ces catégories. Elle semblait garder ses émotions pour elle mais n'était pas hypocrite. Elle m'inspirait confiance, tout simplement, et même derrière son physique particulier je voyais bien qu'elle n'était pas une personne détestable. J'avais surtout l'impression qu'elle en avait gros sur le coeur.

Et puis n'oublions pas son talent pour le chant. Si une personne avait une telle sensibilité musicale ou artistique, elle ne pouvait décemment pas être mauvaise. Je tirais sûrement des conclusions trop hâtives et puériles mais je n'y pouvais rien, elle m'avait accroché et c'était inexplicable malgré toutes les justifications que je pouvais donner.

J'avais senti que la laisser filer était une erreur et que je me devais de faire plus ample connaissance avec elle. Certes, notre rencontre se déroulait d'une drôle de façon, pas tellement joviale pour l'instant mais j'étais toujours aussi enjoué au fond, et je voulais le lui faire partager coûte que coûte. Mon sourire, qui semblait maintenant l’écœurer, finit par refaire surface tandis que je me grattais la joue d'un doigt, un peu embarrassé.

Ton regard est tellement sombre. J'ai eu envie de l'illuminer !

Trop spontané. J'étais sûrement ridicule et elle se disait très certainement que ce n'était pas un type tel que moi qui allait y parvenir. J'étais plutôt d'accord dans le fond. Mais si je pouvais ne serait-ce qu'un instant, la faire se sentir un peu moins seule, la faire se sentir bien accueillie ou même lui donner envie de rire de moquerie.. J'en serais très content.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Mer 27 Jan - 20:15
A l'instant même où sa question franchit ses lèvres, la jeune fille vit les yeux d'Alexy s'écarquiller sous la surprise, bien qu'il semblât heureux. Probablement qu'il ne s'attendait pas à de telles paroles, ou à des paroles tout court d'ailleurs. La demoiselle pus apercevoir une lueur de panique briller dans ses yeux roses et elle lut en lui ses doutes comme elle aurait lu un roman pour enfant.
Mais malgré tout, elle n'esquissa pas un geste pour rassurer le jeune homme. Il avait voulu qu'elle reste, c'était chose faite, et il devait maintenant assumer le cruel manque de tact d'Evangeleenn.
Elle patienta en silence jusqu'à que le bleuté calme sa tempête intérieure et lui réponde finalement. En entendant sa raison, la jeune fille eut un ricanement imaginaire. Charmante hein ? Quoiqu’il en soit, elle le crut quand il affirma qu’il ne le pensait pas dans le sens « attirant » du terme. Sa voix transpirait la sincérité depuis le début de leur dialogue et la demoiselle n’avait aucune raison de remettre en cause sa parole.
Aussi, Evangeleenn ne prit absolument pas sa remarque négativement, bien qu’elle avait des doutes quant à l’utilisation de l’adjectif qu’avait choisit Alexy pour la décrire.
Toutefois, elle fut vraiment surprise, toujours sans rien montrer, quand le jeune homme parla de son regard. Puis, l’agacement la gagna ensuite, faisant se crisper de manière imperceptible son corps. Ce crétin n’avait pas la moindre idée de pourquoi ses yeux étaient vides d’éclat ; et ils l’avaient toujours été de toute façon, même avant la mort de Dylan. Cela faisait tout simplement partie d'elle.
Puis, aussi vite qu’il était arrivé, le sentiment reflua pour laisser place à une seule et unique émotion : la tristesse. Une tristesse si profonde que le jeune homme en face d’elle se serait probablement enfuit en la remarquant. Il aurait beau mettre toute la volonté du monde, jamais rien ne pourrait illuminer son regard, comme il semblait vouloir le faire.
Il ne fallut que quelques secondes de plus à Evangeleenn pour que le vide emplisse à nouveau chaque parcelle de son corps, une sensation pour le moins agréable car familière. Il n’était pas vraiment de coutume que la jeune fille se laisse envahir par les sentiments, et ce n’était jamais une bonne chose quand cela arrivait.
Des fourmillements commencèrent à se faire sentir dans les jambes pliées de la lycéenne, signe qu’il était sûrement temps pour elle de s’en aller. Pourtant elle n’en fit rien, laissant la sensation désagréable envahir ses mollets sans bouger d’un pouce.
Au contraire, ses yeux écarlates se posèrent sur le visage d’Alexy, puis elle finit par dire platement :

- Ce matin. Je ne voulais pas aller en sport.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Jeu 28 Jan - 0:44
J'avais cru lire une légère incompréhension dans son regard après l'avoir déclaré comme charmante puis celui-ci se ternit à nouveau après ma seconde réplique qui avait certainement été de trop. J'avais certainement encore effleuré un point sensible sans le vouloir et j'en étais bien embarrassé. J'avais aperçu son corps svelte se tendre et ses yeux se teinter d'une profonde tristesse.

C'était définitivement une jeune fille pas ordinaire. Elle avait beau passer par toutes sortes d'émotions en un temps restreint, elle parvenait toujours à reprendre ton expression d'impasivité coûte que coûte, certainement par habitude. Mais c'était bien avec ces personnes-là que j'avais le plus de difficulté, étant d'un naturel trop spontané.

Je comprenais difficilement comment elles pouvaient sceller leurs émotions de la sorte mais ce n'était pas un mal si ça leur permettait de se sentir mieux. Par contre moi.. Je ne savais jamais comment réagir. Face à la fragilité apparente d'Evangeleenn, mon tempérament brut n'était certainement pas l'idéal. Je me sentais chagriné et regrettais de m'être immiscé sûrement trop profondément, j'avais pratiquement émis un jugement sans rien connaître d'elle ou de son vécu.

Je l'aurais presque enlacé si mon cerveau ne m'avait pas hurlé que c'était une mauvaise idée. Contrairement à toute attente, elle répondit à présent à ma question qui datait de plusieurs minutes de la manière la plus singulière qui soit. J'étais été encore surpris puis me permis un nouveau sourire tendre. Je ne pouvais m'empêcher de me montrer fraternel devant une si petite chose. Elle était imprévisible. Mais tellement charismatique à mon point de vue.

J'en suis content.

Ces mots m'avaient échappé. C'était certainement déplacé de dire cela or que j'avais semblé la blesser il y a quelques instants mais je le pensais. D'une certaine façon j'étais satisfait et soulagé de la trouver là, face à moi, plutôt qu'en sport bien que notre conversation avait pris une drôle de tournure. J'eus soudain une sorte d'illumination avant d'attraper mon sac puis le vider par terre dans sa totalité sur un coup de tête.

Ce qui était plus ridicule qu'autre chose lorsqu'on en voyait le contenu : une maigre trousse, une pochette remplie de feuilles volantes, le dernier tome de One Punch Man, des vêtements de rechange et surtout, surtout de la bouffe. C'était d'ailleurs pour celle-ci que j'avais vidé son contenu au sol. Attrapant plusieurs paquets de gâteaux divers et variés, je les lui tendis comme une offrande.

Tiens mange !..

Mon éternel sourire s'était changé en un sourire bien plus maladroit alors que je me demandais intérieurement ce que je foutais. Non mais sérieusement Alexy ? Ce n'est pas en la nourrissant qu'elle va te faire confiance, oublie cette image de chaton perdu. Mais.. Je ne sais pas. Lorsque je suis triste, rien ne me faisait plus plaisir que de manger des choses que j'aime, en plus de la présence de mes amis, alors peut-être était-ce aussi le cas pour elle ?

J'aurais tout aussi bien pu lui montrer mes lieux mélancoliques favoris mais puisque nous étions ici, autant pique niquer dans la poussière du sous-sol, non ? Au fond je me trouvais terriblement plat à toujours déblatérer le fin fond de ma pensée sans que ça ait forcément un sens ou une cohérence. Elle n'était sûrement pas ce genre de fille à se gaver de crème glacée devant une série romantique, certainement pas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Jeu 28 Jan - 23:54
Alexy fut une nouvelle fois désemparé face à la phrase de la jeune fille, mais un sourire doux ne tarda pas à naître sur ses lèvres. C’était pour le moins étrange, la demoiselle ressentait une sorte de tendresse qui émanait du garçon, presque fraternelle, et qui lui était destinée.
Elle fut un peu surprise quand le jeune homme lui avoua être heureux de sa présence, mais ce n’était rien face à la confusion qui envahit la jeune fille quand celui-ci se mit à mettre son sac sans dessus-dessous.
La lycéenne ne chercha pas bien longtemps à comprendre : elle avait bien saisi qu’Alexy était quelque peu étrange dans son genre, mais dans le fond, cela ne lui déplaisait pas tant que ça.
En apercevant le manga tomber du sac du bleuté, la jeune fille ne demanda pas l’autorisation pour l’observer, non sans une certaine mélancolie. Ses parents n’avaient jamais voulu lui en acheter, assurant que ce n’était ni de son âge, ni de son niveau d’intelligence. Elle caressa la couverture du bout des doigts et garda le livre contre elle tandis que le lycéen continuait à se démener avec son sac.
Il en sortit finalement, un sourire triomphal éclairant son visage, plusieurs paquets de gâteaux qu’il tendit à la demoiselle.
Clairement, elle avait souvent été dépassée depuis sa rencontre avec Alexy, mais à cet instant, ça atteignait des niveaux hors du commun. Qu’essayait-il de faire au juste, gagnait son affection en l’en-grossissant ?
Et bien, contre toutes attentes, et la sienne en premier, Evangeleenn se saisit d’un paquet et l’ouvrit avec des gestes délicats avant de se mettre à grignoter distraitement les friandises. Bien évidemment, elle ne prit pas la peine de remercier le bleuté et, bien évidemment, elle était encore bien loin de le porter de son cœur. Elle aimait manger, tout simplement.  
La demoiselle resta un instant pensive, sans que ses yeux ne reflètent rien, sans lâcher le livre et sans cesser de mordiller son biscuit. Puis elle releva finalement son regard inexpressif sur le jeune homme et pencha la tête sur le côté en chuchotant à peine :

- Tu parles beaucoup, hum ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Ven 29 Jan - 1:44
Mon soudain vidage de sac avait semblé la rendre perplexe mais il était vrai que ça m'avait pris comme une envie de pisser. Une illumination, on va dire et j'espérais que ce soit la bonne. Trop préoccupé par ma recherche de friandise, je ne l'avais d'abord pas vu se saisir de mon manga puis le remarquais entre ses mains après l'avoir cherché des yeux. Je n'en étais pas incommodé, je rechignais rarement lorsqu'on m'empruntait mes affaires tant qu'elles me revenaient dans le même état.

Elle semblait affectionner particulièrement les livres mais j'étais surpris que ce genre l'intéresse, si c'était bien le cas. En tout cas, malgré son air indescriptible, j'avais bien l'impression de la surprendre et j'en étais plutôt fier, c'était toujours une émotion de plus sur le visage de la jeune fille, en plus suscité par moi-même, trop d'honneur. Mais lorsqu'elle se saisit de l'un de mes paquets de gâteau, ce fut le summum.

J'en étais resté bloqué, mais pas aussi longtemps que les fois précédentes, mes yeux se mettant à briller comme si un Kogan nu venait de faire une apparition divine devant moi. Elle.. avait accepté de manger ce que je lui avais donné. Aussitôt je tâchais de mémoriser la marque des-dits gâteaux pour une prochaine fois, ravi d'avoir trouvé quelque chose qui l'intéressait un tant soit peu. Bon il y avait aussi le chant et la lecture visiblement mais je n'étais sûrement pas le mieux placé pour la combler à ce niveau-là.

Peu à peu, je cernais mieux la demoiselle même si ça restait minime mais je ne pouvais qu'être satisfait de ce début vu son inaccessibilité et le peu de temps que nous avions eu. J'avais distraitement rangé le reste dans mon sac après qu'elle se soit saisi d'un paquet puis elle me posa une autre question. Du moins, ça sonnait plutôt comme une affirmation, un peu gênante par ailleurs mais c'était toujours ça de pris.

Oh euh. Pardon ! J'ai pris pour habitude d'entretenir la discussion pour plusieurs, ahah.

J'avais un peu honte de l'avouer, mais c'était vrai. Mais en général on ne m'en voulait pas pour cela, ça avait même apparemment un côté rassurant puisque je ne laissais généralement aucun blanc ou moment de gêne s'installer. Je dis bien généralement, j'avais eu quelques petits bugs devant la jeune fille, sans parler de ma rencontre avec Kogan en début d'année.

Mais c'était plus fort que moi en général, je ne préférais pas perdre un instant dans lequel il pouvait se passer tant de choses. Bon, littéralement pas tellement mais je fonctionnais comme ça. Mon regard retombant sur le manga qu'elle avait gardé contre elle, j'ouvris la bouche pour parler avant de la refermer presque aussitôt pour ne pas passer pour un moulin à parole. Oh et puis tant pis.

Tu aimes bien ça ? demandais-je en désignant le tome d'un signe de menton Je peux te le prêter sans problème. Je dois en avoir d'autres qui traînent dans mon sac, atteeend..

Parlant tout en ouvrant le second compartiment de mon sac, je plongeais ma main dedans puis sentis rapidement la couverture lisse d'un manga que j'extirpais alors, le lui tendant tout sourire avant de mon regard dérape puis s'arrête sur l'image de couverture. Oh.. Damn.

Par un merveilleux hasard, j'avais en main un yaoï tout sauf catholique qui semblait me narguer du regard, que j'avais dû oublier et abandonner dans mon sac il y a quelques semaines plus tôt. Et là. Franchement. J'avais envie de me terrer six pieds sous terre. Aussitôt mon erreur remarquée, je l'avais vivement ramené à moi avant de le cacher à nouveau dans mon sac, bieeen au fond, avec un sourire extrêmement embarrassé et de légères rougeurs.

Ah-ah bien sûr que nooon. Je me demande ce que ça faisait dans mon sac d'ailleurs..

Limite un gros "ooops" bien gay en posant ma main devant ma bouche aurait été plus crédible.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy Sam 30 Jan - 21:29
Evangeleenn remarqua, une fois sa question -qui penchait pour une affirmation- posée, que le jeune homme rayonnait plus que le soleil lui-même. La demoiselle finit par se demander, non sans un certain amusement, si elle ne ressortirait pas aveugle de cette salle à force de se confronter au sourire éblouissant d’Alexy. Bien évidemment, le lycéen avait eu un instant de décrochage quand la jeune fille s’était emparée des gâteaux, mais cela devait être de l’histoire ancienne étant donné qu’il lui répondit quelques secondes plus tard.
La jeune fille ne fut pas surprise de ses explications ; elle se doutait bien que le jeune homme n’était pas bavard qu’avec elle et que ça faisait partie de sa personnalité, au même titre que l’impassibilité d’Evangeleenn.
La jeune fille s’aperçut qu’il avait rangé le contenu de son sac et qu’il lorgnait à présent le manga resté dans mes mains. Elle voyait clairement qu’il luttait pour ne pas dire un mot après la réflexion de la demoiselle, et celle-ci entama un décompte mental, amusée par le comportement du bleuté.
A peine fut-elle arrivée à zéro que le jeune homme céda à la tentation et lui proposa de lui prêter son bouquin, se remettant à fouiller dans son sac.
La scène qui s’ensuivit due être particulièrement humiliante pour Alexy, à tel point qu’il était difficile pour Evangeleenn d’imaginer un visage plus embarrassé que celui qu’arbora le garçon.
Dans sa précipitation et son envie de bien faire, le bleuté ne prit pas le temps d’observer le manga qu’il tendait à la jeune fille. Aussi, quelle ne fut pas sa surprise quand celle-ci la vit.
Si elle n’avait jamais lu de manga de sa vie, elle en avait déjà feuilleté plusieurs, notamment dans des librairies ou en se perdant dans des vides greniers. Shôjo, shônen, seinen, tous ces termes ne lui étaient pas inconnus… Pas plus que ceux de yaoï et hentai.
La lycéenne admira le pauvre garçon devenir rouge d’embarras et fourrer avec empressement son livre tout au fond de son sac avant de se morfondre en excuse et explications confuses et inutiles.
S’en fut trop pour la jeune fille. Sans pouvoir s’en empêcher, un discret éclat de rire cristallin franchit la barrière de ses lèvres délicates. La honte la submergea ensuite et elle plaça rapidement ses mains sur sa bouche afin d’empêcher un autre son d’en sortir, mais aussi pour cacher au bleuté le minuscule sourire qui étirait son visage. Elle avait conscience de l’éclat qui avait illuminé son regard durant un instant, et ne cherchait pas à l’éterniser, bien que ce soit plus compliqué cette fois-ci pour elle de reprendre son masque inexpressif devant le jeune homme qui était si drôle et adorable.
Quand enfin elle eut repris le contrôle d’elle-même, elle déclara platement, avec son manque de tact  légendaire :

- Je me doutais que tu étais gay.

Et c’était vrai, cette pensée lui avait déjà traversé l’esprit plusieurs fois durant leur conversation. Le style vestimentaire d’Alexy, certaines de ses mimiques et même un petit quelque chose dans son regard lui avait mis la puce à l’oreille, et le manga n’avait fait que confirmé son hypothèse.
Ce n’était en aucun cas un mal,ou une insulte, bien au contraire. Si Evangeleenn n’aimait pratiquement rien ni personne, elle avait toujours eu une préférence pour les homosexuels. Elle ne pouvait pas se vanter d’en avoir rencontré des centaines, mais les quelques avec qui elle avait déjà eu le loisir de passer du temps dans le passé avaient été les plus adorables personnes qu’elle n’avait jamais vu, outre Dylan. De plus, ils avaient quelque chose que la demoiselle leur enviait : leur démarcation par rapport aux autres, par rapport à toutes ces normes stupides.
En outre, bien que sa phrase ne sonnait absolument pas comme un compliment, c’en était un dans la  tête -et même le cœur- d’Evangeleenn.
Et, pour quelque étrange raison, elle espérait que le jeune homme ne se méprendrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy
Revenir en haut Aller en bas

Ça a commencé parce que je ne voulais pas aller en sport // PV Alexy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» j'voulais pas t'faire tomber ... [Libre]
» Je voulais Féliciter l'équipe du BP.
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Ronde des Sentiments  :: Le Lycée :: Le sous sol-